sur 352
Affichage actuel
1
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SAVITRI
 
 
 
Une Légende et un Symbole 
 
2
 
 
 
 
Note de l'Auteur
 
 
 
 
PREMIERE PARTIE 
 
 
Livre Premier : Le Livre Des Commencements 
 
 
 
Chant 1 : L'Aube Symbolique 
 
 
Chant 2 : Le Défi 
 
 
Chant 3 : Le Yoga du Roi : le Yoga de la Libération de l'Ame 
 
 
Chant 4 : La Secrète
 
Connaissance 
 
 
Chant 5 : Le Yoga du Roi : le Yoga de la Libération et de la Maîtrise de l'Esprit 
 
 
 
Livre Deux : Le Livre du Voyageur des Mondes 
 
 
 
Chant 1 : La Hiérarchie des Mondes 
 
 
Chant 2 : Le Royaume de la Matière Subtile 
 
 
Chant 3 : La Gloire et la
 
Chute de la Vie 
 
 
Chant 4 : Les Royaumes du Vital Inférieur 
 
 
Chant 5 : Les Divinités du Vital Inférieur 
 
 
Chant 6 : Les Royaumes et les Divinités du Vital Supérieur 
 
 
Chant 7 : La Descente dans la Nuit 
 
 
Chant 8 : Le Royaume du Mensonge, la Mère du Mal e
t les Fils de l'Ombre 
 
 
Chant 9 : Le Paradis des Dieux du Vital 
 
 
Chant 10 : Les Royaumes et les Divinités du Mental Inférieur 
 
 
Chant 11 : Les Royaumes et les Divinités du Mental Supérieur 
 
 
Chant 12 : Les Paradis de l'Idéal 
 
 
3
 
 
Chant 13 : Dans le Mental
moin 
 
 
Chant 14 : Le Royaume de l'Ame 
 
 
Chant 15 : Les Royaumes de la Connaissance Suprême 
 
 
 
Livre Trois : Le Livre de la Mère Divine 
 
 
 
Chant 1 : A la Poursuite de l'Inconnaissable 
 
 
Chant 2 : L'Adoration de la Mère Divine 
 
 
Chant 3 : La Demeure de l'Esp
rit et la Création Nouvelle 
 
 
Chant 4 : La Vision et la Grâce 
 
 
 
DEUXIEME PARTIE 
 
 
Livre Quatre : Le Livre de la Naissance et de la Quête 
 
 
 
Chant 1 : La Naissance et l'Enfance de la Flamme 
 
 
Chant 2 : La Croissance de la Flamme 
 
 
Chant 3 : L'Appel à la Qu
ête 
 
 
Chant 4 : La Quête 
 
 
 
Livre Cinq : Le Livre de l'Amour 
 
 
 
Chant 1 : Le Lieu Destiné de la Rencontre 
 
 
Chant 2 : Satyavan 
 
 
Chant 3 : Satyavan et Savitri 
 
 
 
Livre Six : Le Livre du Destin 
 
 
 
4
 
 
Chant 1 : L'Arrêt du Destin 
 
 
Chant 2 : Les Voies du Destin 
et le Problème de la Souffrance 
 
 
 
Livre Sept : Le Livre du Yoga 
 
 
 
Chant 1 : La Joie de l'Union ; l'Epreuve de la Précognition de la Mort, de l'Angoisse et du Désespoir dans le C
oe
ur  
 
 
Chant 2 : La Parabole de la Quête de l'Ame 
 
 
Chant 3 : Le Passage dans
 
les Domaines Intérieurs 
 
 
Chant 4 : La Triade des Forces de l'Ame 
 
 
Chant 5 : La Découverte de l'Etre Psychique 
 
 
Chant 6 : Nirvana et la Découverte de l'Absolu qui Rejette Tout 
 
 
Chant 7 : La Découverte de l'Esprit Cosmique et de la Conscience Cosmique 
 
 
 
Livre Huit : Le Livre de la Mort 
 
 
 
Chant 3 : Mort dans la Forêt 
 
 
 
TROISIEME PARTIE 
 
 
Livre Neuf : Le Livre de la Nuit Eternelle 
 
 
 
Chant 1 : A la Rencontre du Vide Obscur 
 
 
Chant 2 : Le Voyage dans la Nuit Eternelle et la Voix de l'Ombre 
 
 
 
Livre Dix :
 
Le Livre du Double Crépuscule 
 
 
 
Chant 1 : Le Crépuscule Illusoire de l'Idéal 
 
 
Chant 2 : L'Evangile de la Mort et la Futilité de l'Idéal 
 
 
5
 
 
Chant 3 : Le Débat entre l'Amour et la Mort 
 
 
Chant 4 : Le Crépuscule Illusoire de la Réalité Terrestre 
 
 
 
Livre On
ze : Le Livre du Jour Eternel 
 
 
 
Chant 1 : Le Jour Eternel : le Choix de l'Ame et la Consommation Suprême 
 
 
 
Livre Douze : Epilogue 
 
 
 
 
Epilogue : Le Retour sur Terre
 
 
 
 
6
 
 
 
Note de l'Auteur
 
 
 
La  légende  de  Satyavan  et  Savitri  est  conté
e  dans  le  Mahabharata  comme  l'histoire  de  l'amour 
conjugal conquérant la mort. Mais cette légende se trouve être, comme le montrent beaucoup d'aspects de 
cette épopée humaine, l'un des nombreux mythes symboliques du cycle Védique.
 
 
Satyavan est l'âme porta
nt en soi la vérité divine de l'être, mais tombée sous l'emprise de la mort et de 
l'ignorance ; Savitri est le Verbe Divin, fille du Soleil, déesse de la suprême Vérité qui descend et prend naissance 
pour  sauver  ;  Aswapati,  le  Seigneur  du  Cheval,  son  père 
humain,  est  le  seigneur  de  la  Tapasya,  l'énergie 
concentrée de l'entreprise spirituelle qui nous aide à nous élever de l'état de mortel au plan d'immortalité ; 
Dhyumatsena, Seigneur des Maîtres Brillants, père de Satyavan, est le Mental Divin, tombé aveugl
e ici
bas, 
ayant perdu son céleste royaume de vision, et à cause de cette perte, son royaume de gloire.
 
 
Et  cependant  il  ne  s'agit  pas  là  d'une  simple  allégorie,  les  caractères  ne  sont  pas  des  qualités 
personnifiées, mais des incarnations ou des émanations
 
de Forces conscientes et vivantes avec lesquelles nous 
pouvons entrer en contact direct, car elles ont pris un corps humain pour aider l'homme et lui montrer le chemin 
de son état mortel vers une conscience divine et une vie immortelle.
 
Sri Aurobindo
 
7
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LIVRE PREMIER
 
 
Le Livre des Commencements
 
8
 
 
 
Livre I
  
Chant 1
 
 
L'AUBE SYMBOLIQUE
 
 
 
Il était l'heure avant l'éveil des Dieux.
 
 
En travers du sentier de l'Evénement divin, le Mental de la Nuit, formidable, oppressant, seul dans son 
temple d'éternité obs
cur, reposait étendu, immobile, à l'orée du Silence. Il était presque possible de toucher 
dans le sinistre symbole de sa contemplation aveugle, opaque, impénétrable, l'abîme de l'Infini non
incarné ; un 
insondable zéro occupait le monde.
 
 
Quelque part entr
e la première et la dernière Négation une possibilité d'existence veillait, éternelle bien 
que déchue ; mais se souvenant de la ténébreuse matrice qui fut son origine, elle se détournait du mystère 
insoluble de la naissance ainsi que du paresseux processus
 
de mortalité, n'aspirant qu'à trouver sa fin dans un 
Néant  d'inexistence.  Ainsi  qu'en  un  obscur  commencement  de  toute  chose,  une  caricature  de  l'Inconnu, 
anonyme et vide d'expression, à jamais répétant l'acte inconscient, à jamais perpétuant la volonté av
eugle, 
berçait la somnolence cosmique de cette Force ignorante qui enflamme les astres dans son sommeil inspiré et 
créatif,  et  emporte  la  création  dans  son tourbillon  somnambule.  Au  sein  de  la  formidable  transe vaine  de 
l'Espace, figée dans une stupeur inf
orme sans mental ni vital, telle une ombre tourbillonnant dans un Vide sans 
âme,  rejetée une  fois  de plus  en des  songes apathiques,  la  Terre tournoyait, abandonnée  dans  les  abîmes 
déserts, oublieuse de son esprit et de sa destinée.
 
 
Les Cieux impassibles é
taient neutres, vides, tranquilles.
 
 
Alors,  dans  l’ombre  impénétrable  quelque  chose  frémit  ;  un  mouvement  indéfinissable,  une  Idée 
spontanée,  insistante,  insatisfaite  et  sans  but,  quelque  chose  qui  souhaitait  mais ne  savait  comment  être, 
dérangea l'Inconsc
ient afin d'éveiller l'Ignorance. Une douleur fugitive, laissant une empreinte palpitante, fit 
place à un ancien besoin insatisfait, bien las, en paix dans sa caverne subconsciente sans lune et libre de relever 
la tête pour chercher la lumière absente, ten
dant ses yeux clos d'ancienne mémoire ainsi que quelqu'un qui 
cherche un moi du temps passé et ne rencontre que le cadavre de son désir. C'était comme si, même dans ces 
abîmes de Néant, même dans cet ultime noyau de dissolution, il se cachait là une entité
 
à la mémoire perdue, 
survivante d'un passé massacré et enseveli, condamnée à récapituler l'effort et la douleur en revivant dans un 
autre  monde  de  tourment.  Une  conscience  informe  désirait  la  lumière,  et  une  intuition  vierge  brûlait 
d'aspiration
 
pour de l
ointains changements.
 
 
Comme si elle s'était souvenue d’un éternel besoin de créatures, l'insouciante Mère de l'univers, un 
doigt innocent posé sur la joue, en enfant curieuse empoigna l'Espace obscur. Insensiblement, quelque part une 
brèche s'ouvrit : une
 
longue ligne solitaire de teinte hésitante 
 
comme un vague sourire séduisant un cœur 
désert 
 
troubla les limbes retirés de l'obscur sommeil de la vie. Venu de par
delà l'Infini, l'œil d'une divinité 
transperça les abîmes muets ; éclaireur en reconnaissa
nce venu du Soleil, il semblait, au sein de ce lourd repos 
cosmique 
 
torpeur d'un monde malade et fatigué 
 
s'être mis en quête d'un esprit solitaire et découragé, 
tombé il est vrai pour retrouver une béatitude oubliée. S'infiltrant dans un univers dépour
vu de mental, son 
message rampait le long du silence rebelle, appelant l'Aventure de la Conscience et de la Joie, et conquérant le 
sein désillusionné de la Nature, lui imposait un consentement nouveau à percevoir et à sentir. Une Pensée était 
9
 
 
semée dans le
 
Vide insondable, une sensibilité naissait au plus profond de l'obscurité, une mémoire palpitait au 
cœur du Temps, comme si une âme morte depuis longtemps revenait à la vie : mais le sceau d'oubli qui avait 
suivi la chute avait souillé les tablettes amonce
lées de l'Histoire, et tout ce qui avait été détruit devait être rebâti 
et la vieille expérience retravaillée une fois encore.
 
 
Tout peut être accomplit lorsque la touche de Dieu est là.
 
 
Un espoir à grand peine osa s'aventurer dans les dédales indifférent
s de cette Nuit déserte. Sollicité 
dans un environnement hostile, paré d’une grâce naturelle timide et hésitante, orphelin forcé à trouver une 
famille, miracle errant privé d’un domicile fixe, dans une province retirée du ciel apparut le geste imperceptibl
et lent d’un appel merveilleux. La vibration persistante d'un contact transfigurant se fraya un chemin dans ce 
silence  noir  et  tenace, et  la  beauté  et  le  miracle vinrent  déranger  les  domaines de  Dieu. Une  main  furtive 
irradiant  une  pâle  lumière  enchanter
esse  qui  rayonnait  sur  les  rivages  d'une  époque  révolue,  ornait  de 
panneaux d'or et de charnières opalines une porte des rêves s'entrouvrant sur les frontières du mystère. Une 
seule lucarne ensoleillée surplombant les choses occultes suffit à forcer à la v
ue les immensités aveugles du 
monde : l'ombre vint à faillir et glissa ainsi qu'un manteau qui tombe du corps allongé d'un dieu.
 
 
Alors, par cet interstice insignifiant qui à première vue semblait à peine suffisant pour un rayon solaire, 
se déversèrent en 
abondance la révélation et la flamme. Le bref signal perpétuel venu d'en haut se fit récurrent. 
Splendeur  descendue  de  lieux  inaccessibles  et  transcendants,  ardente  de  la  gloire  de  l'Invisible,  telle  une 
messagère de cette Lumière immortelle inconnue qui e
mbrase les frontières palpitantes de la création, l'Aube 
déploya son aura de nuances magnifiques et enfouit dans les heures sa semence de grandeur. Visiteuse d'un 
instant, la Divinité rayonnait : sur la fragile frontière de la vie, pour un moment cette Vis
ion se dressa, puis se 
pencha sur le front d'une Terre hésitante. Se faisant l'interprète d'une beauté et d'une joie inaccessibles, à l'aide 
de hiéroglyphes multicolores riches en symboles mystiques, elle inscrivit les lignes d'une mythologie pleine de 
sen
s, épique des grandeurs d'aurores spirituelles, code brillant jeté sur les pages du ciel.
 
 
En ce jour là, l'Epiphanie dont nos rêves et nos espoirs sont les signes avant coureurs, fut sur le point 
d'être divulguée ; une splendeur unique venue d'un but invi
sible faillit être jetée sur le Néant opaque.
 
 
Une fois de plus un pas avait dérangé les Espaces vides ; au centre de l'Infini un Visage au calme 
fascinant souleva les trappes qui s'ouvrent sur le ciel ; une Silhouette en provenance de béatitudes lointaine
sembla  s'approcher. Ambassadrice  à  mi
chemin  entre  l'éternel  et le  changement,  la  Déesse  omnisciente  se 
pencha par
 
dessus les gouffres qui embrassent les trajectoires immuables des astres et vit des étendues prêtes 
à recevoir ses pieds. Une seule fois e
lle se retourna vers son soleil pâlissant et puis, songeuse, s'en alla vers sa 
tâche immortelle.
 
 
La Terre perçut ce passage de l'Impérissable tout proche : l'oreille de la Nature en train de s'éveiller 
entendit ses pas et d'immenses espaces tournèrent leu
r regard vers elle, et lorsqu'il se posa sur les abîmes 
interdits, son lumineux sourire alluma des feux dans le silence des mondes. Tout devint rituel et consécration. 
L'air s'était fait lien vibrant entre la Terre et le Ciel ; l'hymne ailé d'un grand vent
 
sacré se leva et s'abattit sur 
l'autel des montagnes ; les rameaux les plus élevés jetèrent leur prière dans un ciel de révélation.
 
 
Ici
bas, où notre ignorance à demi éclairée frôle l'abîme sur le sein primitif d'une Terre hasardeuse, ici
bas, où l'on ig
nore même le pas suivant et où la Vérité tient son trône dans les coulisses sombres du doute, 
exposée nue à quelque vaste regard indifférent sur ce terrain de labeur angoissant et précaire, témoin impartial 
de nos joies et de nos charges, notre sol prostré
 
reçut ce rayon annonciateur de conscience.